J’AI TOUJOURS AIME LA NUIT

 PATRICK CHAMOISEAU

 EDITIONS SONATINE

 

« …Et même si l’odeur du sang est boueuse, lourde et grasse, j’ai toujours vu dans les yeux des nuisibles d’abord l’effroi, puis l’étonnement, puis la douceur inquiète de celui qui commence à s’envoler, dans une légèreté de cils et de paupières, un engourdissement subit qui se prolonge par une lente et profonde indolence. »

Il faut parfois parcourir un long chemin pour connaître dans sa vie un basculement, cette pichenette du sort ou du hasard pour que tout se renverse, tout culbute sans crier gare vers un possible que l’on avait tant espéré ou redouté, et qui est là, soudain devant vous, à vous en faire frémir de peur ou d’espérance.

Pour Eloi Ephraïm Evariste Pilon, inspecteur de police, il aura fallu attendre sa toute dernière nuit de garde , de son tout dernier jour de flic, pour croiser ce à quoi il avait toujours voulu être confronté, la route d’un tueur redoutable qui mettrait à l’épreuve ses capacités d’enquêteur.

Mais c’est à l’immonde, à la quintessence du mal absolu, à ce que la Martinique à enfanter de plus abominable et qu’elle traite d’ « animal » , de « zombi hystérique » , de « dorlis vampirique », ou même d’ « antéchrist voudouisant remonté des enfers » qu’il va se mesurer.

Sauf que la confrontation va tourner court. Quand le lecteur se faufile dans cette histoire, l’horizon d’ Eloi Ephraïm Evariste Pilon est obstrué par l’embouchure d’une arme à feu pointée sur son œil gauche.

Couché sur le dos, à la merci d’ Hypérion Victimaire, ce tueur insaisissable qui s’apprête à lui faire exploser la cervelle, le voilà à devoir écouter la longue confession de son assassin.

Car ce dernier a besoin de lui parler, de se raconter, d’expliquer comment l’Archange qui sommeille en lui le transforme alors en « un massacreur, un égorgeur de chose, un défonceur de chair, un déchireur de peaux, un briseur de vertèbres, un démanteleur de hanches, d’épaules et de cous, un écarteleur de poitrine, un dérouleur de boyaux et, parfois, en certaines circonstances, un très goulu buveur de sang ».

Tandis que le tueur met son âme à nu, le policier quant à lui met sa vie en abime en se remémorant son passé, le suicide de son épouse  » partie dans la mangrove » , la fugue de sa fille dont il s’est si peu occupé et à qui il s’était promis de consacrer tout son temps une fois à la retraite. L’un revendique encore son humanité, quand le second tente de ne pas la perdre.

Peu à peu, ces deux monologues, l’un intérieur , l’autre oralisé, entrent en résonance, « une proximité vertigineuse »  rapprochent les deux hommes, comme si l’un devenait un miroir pour l’autre.

Car ceux-ci ont finalement beaucoup de choses en partage. Le même amour pour les Citroën DS, pour les grands auteurs, et certaines valeurs comme l’ordre et le respect, dont ils déplorent le délitement dans la société martiniquaise d’aujourd’hui, livrée à la coupe réglée des trafiquants de drogues, des bandes armées et à la cupidité des hommes.

Hypérion Victimaire n’est pas un tueur sans intelligence et sans âme. C’est un homme raffiné, un tueur cultivé qui aime la poésie. Il vénère sa DS comme une divinité, tue avec application et avec art, et c’est un homme qui a des principes. Ne tuant que les nuisibles, les pédophiles, trafiquant de drogues et autres malfrats qui sucent le suc de son île natale.

Une nuit pourtant il a vécu quelque chose de traumatisant qui a ébranlé ses convictions. C’est ce qu’il raconte à Eloi Ephraïm Evariste Pilon, qui lui va comprendre avec effroi que sa fille a croisé elle aussi la route d’Hypérion Victimaire, sans jamais savoir ce qu’il en est advenu.

Car les deux hommes jamais n’échangent.

C’est beau, c’est noir, c’est violent, mais les mots de Chamoiseau s’adonnent à une farandole qui délivre dans ce roman une poésie et une musicalité qui transcendent l’horreur des actes odieux commis par le personnage principal , et offre au lecteur une écriture magnifique, fruit de l’alchimie du créole et de la langue française.

C’est un voyage dans une île qui perd ses repères, soumise aux affres des excès et des travers du monde moderne, qui sacrifie sa jeunesse au chômage, à l’alcool et la drogue.

Mais c’est aussi , à travers ces personnages, une déclaration d’amour à cette Martinique également magnifiée et sublimée, que les mots de l’auteur viennent caresser.

2 Commentaires

  1. Salut, j’avais hésité à le lire … et puis … il attend son tour sur les étagères. Bon, là, il vient de faire un grand saut en avant. Bonne semaine petite souris. BIZ

    • La petite souris

      >Pierre celui là il va te plaire, c’est vraiment le genre de bouquin que tu apprécies ! je ne pense pas me tromper ! 😉 vivement ton retour ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *