LES DISPARUS DU PHARE

PETER MAY

EDITIONS DU ROUERGUE

hebride

 

les disparus du phare (Copier).jpgCela démarre comme une scène de cinéma.

Un homme git sur la plage, recraché par l’océan. Les vêtements déchiquetés, face contre sable, il est inconscient.

Quand il se réveille, tremblant de froid, il ne se souvient de rien, ni qui il est, ni ce qui lui est arrivé.

Alors il marche, hagard, sur un sentier sans trop savoir où aller.

 Il lui faudra tomber sur une vieille femme qui semble le connaitre pour raccrocher le fil d’une histoire, son histoire, dont il a tout oublié.

 Neal Mc Clean semble être son nom. Cette maison où la vieille le ramène semble être la sienne.

La nuit, le sommeil, mais le lendemain le néant. Toujours là.

Pourtant peu à peu, au fil des jours, en explorant sa propre maison et ses affaires, il commence par rassembler quelques éléments sur sa vie et sur les raisons de sa6221083 présence sur cette île.

Car il n’est visiblement pas originaire du lieu. Depuis dix-huit mois il loue le cottage qu’il occupe afin d’écrire un livre sur une tragédie survenue au début du vingtième siècle, celle de la disparition de trois gardiens de phare sur une île toute proche de celle où il se trouve.

S’il donne le change avec un couple de voisins pour cacher le fait qu’il est amnésique, celui-ci ne tarde pas à comprendre que la femme, Sally, est aussi sa maîtresse. La seule auprès de qui il trouve un peu de réconfort et la possibilité de s’ouvrir au drame qui le touche. Ensemble ils vont essayer de reconstituer le puzzle de cette histoire explosée.

Mais les choses vont rapidement se compliquer quand il trouvera un corps sans vie. Est-ce lui l’auteur de ce meurtre ?

C’est avec beaucoup de finesse et de subtilité que Peter May revisite un thème mainte fois abordé dans la littérature policière. Celui du héros amnésique qui tente de retrouver la mémoire et qui se bat contre un ennemi invisible, bien décidé à provoquer sa perte.

pharePourtant le lecteur ne se lassera pas de suivre les péripéties de ce personnage sans boussole en quête d’une vérité dont il ignore complètement la substance.

 Car Peter May va emmener loin son lecteur, dans une histoire qui mêle à la fois recherche scientifique, découverte explosive et environnement, où les fausses pistes et les rebondissements sont à foison.

Sur ce chemin de brouillard, Neal avance avec ses pressentiments, tâtonne, progressant tel un équilibriste sur un fil mouvant sans apercevoir l’autre rive, sans savoir jusqu’où celui-ci le mène.

Le tout avec pour écrin les paysages somptueux et sauvages des îles Hébrides au large de l’Ecosse, balayés au vent, fouettés par la mer tempétueuse, rugueux et saillants comme la roche qui effleure de toute part. Une terre âpre et indomptable qui renvoie l’homme à son insignifiance.

Roman qui touche autant à l’identité qu’à l’absence, « Les disparus du phare » est un très beau livre comme sait en écrire Peter May au meilleur de sa forme.

Nul doute que ceux qui l’ont accompagné précédemment dans « L’homme de Lewis » et ses suites, auront plaisir à fouler à nouveau cette terre septentrionale chargée de mystères.

17 Commentaires

  1. Winnie l'oursonne

    J’adore Peter May, je l’ai découvert avec « Meurtres à Pékin » pour ensuite lire « L’île du serment ». Il y a toujours d’une part l’intrigue, d’autre part le voyage !

    • La petite souris

       » Meurtre à Pékin » est l’un des rares que j’ai lu de cet écrivain, très différent mais tout aussi passionnant ! 🙂

  2. Je suis une inconditionnelle de cet auteur. Il est fantastique dans ses écrits « écossais » ( la trilogie écossaise et celui dont il est question ici ) mais il excelle aussi dans les autres ( la série chinoise …) Les retrouvailles avec les Hébrides, les paysages sauvages… et l’aventure passionnante et angoissante de cet homme qui recherche son passé et sa mémoire…

    • La petite souris

      Bonsoir Catherine Comme je l’indiquais à une autre personne qui m’a laissé un commentaire, Peter May est un auteur que j’ai découvert récemment. J’ai donc l’immense plaisir de devoir encore découvrir une grande partie de son oeuvre ! 🙂 j’en profite aussi pour découvrir ton blog que je ne connaissais pas ! 🙂 j’espère que nous aurons d’autres occasions d’échanger autour de nos lectures ! A bientôt !

  3. runbabook

    …Je suis accroc , j’adore cet auteur !

    😉

    • La petite souris

      Moi je l’ai découvert il y a peu ! 🙂

    • La petite souris

      Pas impossible que je vienne à chroniquer d’autres de ses romans ! 🙂

      • runbabook

        Ah ah ça c’est une excellente nouvelle !

        J’ai trouvé la série chinoise excellente ( dépaysante et riche culturellement ) , différente de la trilogie de Lewis qui bien que vraiment sombre est très poétique et poignante .
        La dernière série ( Assassins sans visage ) où Enzo s’amuse à résoudre des  » cold case  » est plus légère et teintée d’humour .

        Je suis pressée de lire tes chroniques d’ Œil de lynx !
        😉

        • La petite souris

          héhé soit patiente cependant car tu n’ignore pas que j’ai un Everest de lecture qui m’attend encore ! 🙂 mais ca viendra promis ! 🙂

  4. Lapsker

    Jamais lu ! Mais je suis bien curieux de découvrir cet auteur après ta présentation, merci !

    • La petite souris

      Merci à toi pour ta confiance ! n’hésite pas à revenir vers moi pour me dire ce que tu en auras pensé à ton tour ! 🙂

  5. Mon souriceau,

    Belle chronique d’un auteur que je n’ai pas encore découvert. Hé oui, il y a de ces mystères. Rien de mal fait, ceci dit, je pense acquérir ce titre ou la trilogie écossaise d’ici peu. Et c’est bien plus qu’une promesse. Amitiés.

    • La petite souris

      Merci Jean ! Rassure toi, comme je l’indiquais par ailleurs je l’ai découvert il y a peu , mais ce qui est sûr c’est que c’est un auteur dont je souhaite bien poursuivre la découverte !!! 🙂

  6. Jean François

    Je suis un fan de Peter May, qui en plus d’être un auteur passionnant, est un type adorable avec qui c’est un vrai plaisir de bavarder… j’ai eu la chance de le croiser plusieurs fois au festival du polar de Cognac et ça n’a fait que renforcer mon plaisir de le lire… La trilogie écossaise est fabuleuse, la série chinoise aussi… à lire aussi « l’île du serment » et ces disparus du phare évidemment… la série Enzo est plus légère mais bien agréable elle aussi…. Bonne lecture !

    • La petite souris

      merci pour ce commentaire qui je l’espère donnera à d’autres l’envie de découvrir cet auteur !! comme je l’indiquais par ailleurs je pense que j’aurai d’autres occasion de chroniquer ses romans sur le site ! 🙂 Bonne lecture à toi aussi !! 🙂

  7. Encore une découverte! Merci pour ça 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *