SOLEIL NOIR

ARMELE MALAVALLON

EDITIONS LES NOUVEAUX AUTEURS

soleil noir [blog].jpgC’est avec une certaine émotion que j’ entame l’écriture de cette chronique , qui s’avère pour le coup être un peu particulière pour moi. Lire et parler des romans que je lis pour essayer de transmettre l’envie de s’y aventurer, est un plaisir qui m’anime depuis presque cinq ans maintenant que PASSION POLAR existe.

Mais pour la première fois, celle que je vous propose aujourd’hui  est vraiment à part à mes yeux , puisqu’elle touche à un premier roman écrit par une amie personnelle et qui pour l’occasion vient d’être primée par le prix VSD du polar de l’année pour son livre. Cette amie, cette auteure, c’est Armèle Malavallon.

Nous sommes à Montpellier. Le cagnard de juillet cogne sur la ville sans retenue. Les terrasses de cafés sont pleines des victimes du diable mercure, à la recherche d’un peu de fraîcheur salvatrice, quandM1 d’autres, téméraires, flânent dans les rues de la ville qui s’est parée de ses couleurs estivales.

C’est dans ce contexte de vacances , d’insouciance et de douceur de vivre que la mort va se rappeler au bon souvenir des vivants.

Par un beau dimanche matin , le commandant Peyot et son équipe sont appelés à se rendre au domicile d’une vieille dame. On vient de retrouver son corps sans vie, en partie carbonisé.

 Chose étrange, seules ses jambes sont restées intactes, et rien d’autre dans la maison n’a été ravagé par les flammes. Celles-ci se sont limitées exclusivement au corps de la victime donnant une photographie de la scène des plus étranges.

combPas d’effraction, ni de traces de lutte. S’agirait-il d’un cas d’auto-combustion comme la presse s’en fait parfois l’écho, faisant vibrer la corde du sensationnel et du mystère irrationnel ? Si le capitaine Domingo, le second de Peyot est prêt à en admettre l’hypothèse, pour le commandant par contre, pas question de se laisser aller à une théorie qui lui semble tirée par les cheveux et sans véritable fondements scientifiques.

Pourtant, aucun élément ne vient étayer la piste d’un éventuel homicide qui conforterait Peyot dans son intuition. L’autopsie elle même se révélera infructueuse. Difficile dans ces conditions de savoir où chercher. L’enquête piétine faute de direction claire à suivre.

Mais quand d’autres corps sont trouvés dans circonstances similaires, le doute n’est plus permis. un tueur est à l’œuvre dans la ville, et il s’avère particulièrement retord . Car c’est à un véritable séraphin, figure céleste et biblique délivrant la mort par le feu, que le commandant Peyot et ses hommes vont devoir se confronter. Et c’est le nom qu’il vont donner à ce tueur insaisissable.

L’enquête si elle est minutieuse, est d’abord tâtonnante, et il faudra bien toute l’intelligence collective du groupe de Peyot pour attraper enfin ce petit bout de fil, qui va les raccrocher à la piste de l’assassin, et lui donner sa feuille de route sur seraphinlaquelle ils vont s’engager pour débusquer le criminel.

Quel bilan tiré de la lecture de cet ouvrage? Je dois bien avouer que pour un premier roman le résultat est assez bluffant! Il m’est arrivé de lire des romans d’auteurs confirmés qui n’avait pas la qualité de celui ci. Bluffant, donc, et ce à plus d’un titre.

 L’intrigue tout d’abord. L’auteure prend un certain plaisir dans ses premiers paragraphes à laisser planer le doute sur la nature de l’énigme à laquelle est confronté son personnage principal. Avançant sur le fil de son histoire comme un équilibriste marchant sur la frontière entre la logique et le paranormal, elle harponne ainsi sans coup férir la curiosité de son lecteur qui ne peut que poursuivre sa lecture pour  avoir le fin mot de l’histoire.

Mais même si celui-ci vient ensuite à comprendre, que c’est bien à un être machiavélique mais tout ce qu’il y a de plus humain qu’il a affaire, il n’aura de cesse de se torturer les méninges en se demandant comment le tueur s’y prend t-il pour tuer ses victimes.

Les autres aspects intéressants de ce roman sont le style et l’épaisseur des personnages. Je reproche souvent aux thrillers ( sans en faire une généralité) de privilégier le suspens et l’action au dépends de l’écriture et de la psychologie des acteurs de l’histoire. Ici rien de cela.

aoh_gun_essayL’auteur soigne particulièrement ses personnages, imbriquant dans l’intrigue générale des parcours de vie touchants, originaux  et qui, dans un milieu policier excessivement masculin fait apparaitre une certaine forme de sensibilité peu commune aux thrillers.

Armèle Malavallon cisèle à la plume ses durs à cuirs, nous permettant parfois d’entrevoir le cœur qui se cache derrière leurs armures. Et c’est là que réside aussi sa force.

Car Armèle Malavallon c’est aussi une très belle plume. Les mots sont polis à la douceur qu’elle porte à ses personnages, et fait la démonstration que le thriller n’est pas incompatible avec une belle écriture. Il y a une sorte de fluidité suave dans ses phrases dont il émane parfois une musicalité et une certaine poésie.

J’avoue qu’avec ce sens des mots, ce toucher de phrase qui lui sont propres, je me demande ce que cela pourrait donner si un jour Armèle avait l’envie de s’aventurer sur cette contrée que j’affectionne particulièrement, à savoir le roman noir.

En attendant, Soleil Noir, est un thriller réussi, où aucun temps mort ne vient altérer le rythme cadencé de ce roman bien construit et passionnant.

Du bel ouvrage !

Si vous habitez Montpellier ou ses environs, sachez qu’Armèle Malavallon sera en Rencontre et débat à la FNAC de Montpellier le mercredi 29 avril à 17h30 avec Olivier Norek.

je-commande

souris

©Hippo

9 Commentaires

  1. Salut mon ami du sud, il va bientôt passer à la casserole chez moi. Il est en bonne position, entre Dominique Manotti et Sébastien gendron. C’est dire. Amitiés

    • La petite souris

      j’attends ton avis avec impatience je viens de te laisser un com chez toi :)j’attends ton avis sur le Manotti je me tatais. J’ai le gendron dans un coin je pense que je lui ferai sa fête à l’occasion j’aime bien les bouquins déjantés. L’auteur est aussi un personnage haut en couleur pour ce que je m’en rappelle. Me tarde de savoir ce que tu auras pensé du roman de ma copine Armèle en attendant !! ^^

  2. Très tenté je suis, mon ami souriceau de l’Hérault. La chronique que tu en fais est particulièrement attrayante. Et hop! un de plus dans la liste de souhaits.
    Et merci pour ce bel avis… 🙂
    Amitiés

    • La petite souris

      Merci mon ami Vincent ! ( euh par contre moi je ne sais pas de quelle contrée tu es tu me diras ca en MP 🙂 ) Oui, un roman original que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire. Ca fait tout drôle d’ailleurs quand en plus tu connais l’auteur et qu’il s’agit d’une amie. Mais en tout objectivité le résultat est là, un roman fort bien construit et séduisant ! je t’en souhaite par avance bonne lecture et j’attends avec impatience ton retour de lecture ! Amitiés et à très vite !! 🙂

  3. J’imagine qu’on a un peu peur d’être déçu par les écrits de quelqu’un qu’on connait et apprécie dans la vraie vie. Ton amie a déjà l’air de s’y connaître : bravo à elle, on lui souhaite une belle carrière dans le genre !

    • La petite souris

      c’est vrai Sandrine. En même temps je connaissais un peu la plume d’Armèle car elle a écrit déjà quelques petites histoires intéressantes, notamment pour  » les aventure du concierge masqué » , mais là j’avoue qu’écrire tout un roman c’est autre défi sacrément plus difficile à relever, ce qu’elle est parvenu à faire avec succès me semble t’il.

  4. ce genre de bouquin est un peu ma came, donc avec un avis comme celui-ci il serait dommage que je ne le note pas dans ma liste !

    • La petite souris

      ah là tu m’annonces une nouvelle qui me fait bien plaisir ! car je sais que THE spécialiste du thriller c’est bien mon ami Yvan ! je suis déjà curieux de connaître ton avis sur le sujet !! j’espère en tout cas qu’il séduira le grand fan du genre que tu es:)

  5. La petite souris

    oui mon bon Richard???? tu me remets le lien de mon article ??? 😉

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le concierge masqué » Balai D’OR 2015 Sélection Mai - […] https://www.passion-polar.com/soleil-noir/ […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *