LA PALETTE DE L’ANGE

Catherine BESSONART

Éditions de L’AUBE

la palette de l ange [blog].jpgC’est toujours un vrai plaisir, quand on découvre un auteur , de le voir confirmer sur son second roman, tout le bien que l’on a pu penser de lui au premier. Cette marche invisible est souvent celle sur laquelle bon nombre de jeunes auteurs malheureusement, viennent à trébucher.

Oui Catherine Bessonart  confirme, et elle le fait de fort belle manière ! Après la lecture de deux romans successifs où je n’ai pas eu la satisfaction attendue, j’ai tout particulièrement apprécié « La palette de l’ange » que j’ai pour le coup, savouré page après page.

La plume, les mots de Catherine Bessonart, la fluidité de son histoire, son attention toute particulière à dessiner ses personnages, l’exploration qu’elle fait de leurs réflexions intimes et personnelles, donne un ton, une musicalité originale à son dernier roman.paris

Au cœur de celui-ci, un homme. Chrétien Bompart , personnage principal, flic de son état, qui traine sa mélancolie et sa nostalgie en bandoulière. Un personnage des plus attachants, qui déploie une sensibilité qu’il n’est pas fréquent de croiser chez les flics de nos auteurs de polar.

Nous avions fait sa connaissance dans le premier roman de Catherine Bessonart  « Et si Notre Dame la nuit » (Prix Polar du meilleur Roman francophone de Cognac)  . Celui qui se définissait alors comme un  « mécréant , tendance bouddhiste » , venait de divorcer avec Mathilde et tentait, pour compliquer les choses, d’arrêter de fumer.

 Déjà, s’esquissait à l’époque ce personnage sensible, désenchanté, nostalgique d’une part de son enfance dont il a tant de mal à assumer ce deuil nécessaire, cet abandon obligé et indispensable de cette partie de la vie que nous laissons derrière nous pour pénétrer et avancer dans le monde adulte.

Nostalgique aussi de sa vie apoignardvec Mathilde qui lui a filé entre les doigts comme le sable et dont il n’arrive pas à combler le vide qu’elle a laissé derrière elle. Alors il reste sur le quai de son existence , et fixe au loin l’horizon de ses souvenirs.

Car Chrétien Bompart n’est pas un homme de rupture. C’est l’homme des paradis perdus.

Pour autant, c’est un homme qui reste efficace , tenace et perspicace dans son travail, dans lequel il s’investit corps et âme.

Dans « la palette de l’ange » , nous le retrouvons au moment où se baladant dans la foret d’Orléans, il tombe sur un jeune lycéen qui vient de se pendre. En vain il essayera de sauver le gamin du destin funeste qu’il s’est choisi, avant d’être mystérieusement assommé d’un coup violent à la tête. Un drame qui fera écho à l’affaire qui va accaparer toute l’énergie de Bompart.confessional_1

Car dans le même temps, une série de meurtres est perpétrée à Paris, avant  de rebondir à Genève, en Suisse. Un cadavre est retrouvé dans un sex-shop, un autre dans une église, celui  d’un prêtre, quand le corps d’un sans domicile fixe trucidé sera lui aussi découvert un peu plus tard . Ce ne seront pas moins de cinq homicides qui seront rapidement mis à l’actif de l’assassin.

 Une bien mystérieuse affaire car les victimes n’ont absolument rien en commun si ce n’est le mode opératoire de leur mise à mort. Chacune d’elle est poignardée par deux couteaux d’une beauté exceptionnelle. Un coup porté au cœur, un autre planté dans la gorge .

roulotteA la tête de son équipe, Chrétien Bompart tâtonne, cherche, retourne dans tous les sens les éléments qu’il a pu glaner sur les lieux des crimes.. S’agit-il d’un serial-killer qui tue au hasard, ou bien d’une vaste entreprise de vengeance dont les racines remonteraient loin dans le passé de l’assassin?

Même si le lecteur se passionne pour l’enquête on pourra peut être regretter que celle-ci  prenne la forme d’un vaste brainstorming auquel se livre Bompart et ses hommes pour aboutir à sa résolution.

Mais peu importe. Car même si elle est bien sûr importante pour l’histoire, l’enquête de Bompart en deviendrait  presque secondaire au regard du tableau d’ensemble que peint Catherine Bessonart avec ses mots. Et en la matière la palette de l’auteur est riche de couleurs, nous offrant un roman quasi onirique.

C. Bessonart

Catherine Bessonart

Je suis tombé sous le charme de ce flic torturé et désabusé. Encore un me direz vous. Sans doute, mais le personnage de Catherine Bessonart désarçonne par sa sensibilité, cette tendresse qu’il porte à ce qu’il ne peut retenir. Son enfance, sa femme.

Dans ce second roman où il apprendra que son ex-femme est atteinte d’un cancer, il se met un peu plus à nu, dévoilant là plus que dans le précédent roman, une émotion bouleversante. Les pages qu’écrit l’auteur sur la relation de Chrétien à Mathilde sont sans doute parmi les plus belles qu’elle ait écrites.

« La palette de l’ange » n’est pas seulement un roman policier , c’est aussi un roman emprunt d’amour et de tendresse, d’un auteur pour ses personnages,  d’un policier pour le monde des hommes qui l’ entoure et dans lequel pourtant il a du mal à trouver sa place et son équilibre.

Une belle écriture, une atmosphère singulière, font de ce second roman de Catherine Bessonart , une réussite.

je-commande

 ( frais de port à 1€)

05

copyright Hippo

Articles relatifs

Mots-clés

10 Commentaires

  1. valou

    Chouette, une auteure que je ne connais pas encore… Très envie de lire ce livre…

    • La petite souris

      Bonjour Valérie ! je pense pas me tromper en te disant que cette auteure te plaira ! le genre d’auteur qui s’attarde sur ses personnages, qui leur donne une âme.:)

  2. Nath sous les pavés la page

    Tes dernières phrases sont magnifiques. ..
    On sent vraiment tout le plaisir que tu as eu pendant cette lecture. Rien que pour ça, tu fais Gonfler ma liste 🙂

    • La petite souris

      Merci Nath pour cet adorable commentaire ! oui, j’ai pris un vrai plaisir dans la lecture de ce roman ! Mes deux dernières lectures m’avaient laissé sur ma faim et celui ci m’a comblé. J’aime beaucoup le style de Catherine Bessonart ! En plus j’avais eu la chance de la rencontrer à Frontignan, c’est quelqu’un de très interessant tu t’en doutes ! A lire oui, absolument !! 🙂

  3. Bonjour Bruno
    La couverture de ce roman et de cette collection des éditions de l’Aube me fait penser à celles de la Série Noire dans les années 80. Et comme les romans en général étaient très bons, il n’y a pas de raison que celui-ci ne le soit pas
    Amitiés

    • La petite souris

      je te confirme en tout cas que celui ci l’est ! en plus connaissant ton goût pour les romans où l’auteur soigne ses personnages et construit une intrigue tout en finesse, je pense qu’il te plaira beaucoup ! AMitiés

  4. Phil70

    j’avais lu son premier roman sur à la suite de ta chronique et j’avais bien aimé. Je vais te faire confiance une nouvelle fois et lire celui ci !

    • La petite souris

      fichtre ! lourde responsabilité qui est la mienne pour le coup ! j’espère qu’une nouvelle fois j’aurai été de bon conseil ! mais je pense pas prendre de gros risques en te disant qu’il va te plaire lui aussi, davantage encore que le précédent. Ce fut le cas pour moi en tout cas ! Amitiés

  5. Runbabook

    Au départ c’est le titre délicat du roman qui avait retenu mon attention et il figurait dans ma Pile à Lire ; ton billet qui fait état d’un beau portrait de flic  » cabossé  » aux prises avec une intrigue bien tortueuse fait passer La Palette de l’Ange au sommet de ma liste . Je savoure par avance …
    Merci 🙂

    • La petite souris

      c’est vrai que le titre est poétique ! je ne sais plus si tu avais lu son premier titre  » Et si Notre Dame la nuit » ( qui lui aussi était bien joli ), si c’est le cas et que tu avais aimé, comme je le disais à Phil dans la réponse que je faisais à son commentaire, je pense que celui ci est encore meilleur ! moi je me suis en tout cas régalé ! j’espère qu’il en sera de même pour toi ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *