LE JARDIN DE BRONZE

GUSTAVO MALAJOVIVH

ÉDITIONS ACTES SUD

le jardin de bronze [blog].jpgJ’ai rarement eu l’occasion jusqu’ici d’arpenter l’Amérique du Sud et en particulier l’Argentine dans mes pérégrinations littéraires. Pourtant ce pays ne manque pas de plumes de qualité à l’image d’un Raul Argemi, d’un Mallo Ernesto , d’un Orsi Guillermo ou plus récemment d’un Molfino Miguel Angel. Autant d’auteurs, que j’aurai l’occasion un jour de chroniquer sur PASSION POLAR.

Aujourd’hui, c’est à travers le roman d’un jeune auteur que nous partons pour le pays du football et du tango. Mais n’allez surtout pas imaginer en tournant les premières page du « Jardin de bronze », que va vousjard être donné à  voir et à sentir la chaleur de cette Argentine que nous savons chaude, chatoyante, dansante et sensuelle. Non l’Argentine dans laquelle nous entraîne Gustavo Malajovich est orpheline des couleurs de la vie, elle est triste, sombre voire glauque. Car l’affaire qui nous concerne va plonger le lecteur dans un dédale sans fin qui conduit à la folie et au desastre.

Elle a quatre ans. Elle s’appelle Moira et elle est le lien qui unit encore Fabian et Lilas. Un couple comme tant d’autres qui sauve les apparences, qui  oscille entre conscience d’une histoire qui touche à sa fin et l’espoir qu’elle puisse trouver un second souffle. Pourtant cela fait un moment maintenant que Lilas semble distante, lointaine, l’esprit torturé, et quand un sourire s’affiche encore sur son visage c’est une bataille inespérée que remporte Fabian.

spiderCe sourire va définitivement s’éteindre le jour où Moira, partie pour prendre part à un goûter d’anniversaire, disparait avec sa baby Sitter.

Malgré une mobilisation conséquente des forces de l’ordre pour retrouver rapidement la petite, les recherches restent infructueuses. Aucune trace, aucun indice, aucun témoin pour orienter les investigations. Le temps passe, puis les fatidiques 48h au delà desquelles les chances de retrouver une enfant disparue s’amenuisent de manière drastique.

Les heures deviennent alors des jours, des semaines et des mois. Reste  des parents qui se déchirent, reste l’immense obscurité de cette absence qui ronge et dévore. Jusqu’au moment où l’un préfère s’enfuir dans le vide absolu de l’éternité laissant l’autre continuer seule sa quête obsédante .

Fabian, architecte, lâche alors son boulot pour aller travailler sur des chantiers, là où il ne pourra penser à rien , et quand il pense malgré tout, c’est à Moira. Il erre au milieu des vivants accroché aux souvenirs de sa fille.vfr

Jusqu’au jour où un détective privé prétend être en mesure de retrouver la trace de son enfant. Parce qu’il n’a plus d’autres options, Fabian va s’accrocher à cet espoir.  Ensemble il vont finir par trouver des indices infimes et parvenir à découvrir le cadavre de la baby Sitter qui a été assassinée de plusieurs balles. Bien que l’affaire soit relancée par cette découverte majeure, celle ci n’amorce pas un virage capitale pour sa résolution. Et le temps reprend son cours.

Une dizaine d’année plus tard, ce que la découverte du corps de la baby sitter n’avait pu précipiter, une petite araignée en bronze, retrouvée par hasard, va le faire et relancer toute l’histoire.

Cette enquête au long cours conduira Fabian jusqu’au bord d’un fleuve, jusqu’à un jardin mystérieux où est figée une image ancrée dans son passé . Une image, à partir de laquelle va progressivement se faire jour une vérité insoupçonnée et terrifiante. Lui qui durant toute ces années n’a pas vu, n’a pas su , va être confronté à une réalité dévastatrice qu’il aurait préféré ne jamais découvrir.

gustavo M.

Gustavo Malajovich

Ce premier roman est remarquable de maitrise, et Gustavo Malajovich s’annonce véritablement comme une plume particulièrement prometteuse . Avec « Le jardin de bronze » il embarque son lecteur dans un voyage obsédant, au cœur d’un cauchemar personnel qui n’aura de cesse de l’enfoncer toujours plus profondément dans l’obscurité de l’âme humaine.

Une errance qui conduira le lecteur à la rencontre de personnages interlopes ,enfermés pour certains derrière le décors de cette Argentine de carte postale, à l’image de cette sans abri un peu folle , ou de ces junkies dont Fabian croisera la route en déambulant dans les quartiers sombres de Buenos Aires.

Mais c’est aussi un roman hanté par cette absence insupportable qui met l’existence en précipice. Une absence qui reste accrochée en filigrane à chaque mot de l’auteur, et qui infuse au fil des pages cette atmosphère de plus en plus étouffante et oppressante,  à mesure que l ‘on se rapproche du dénouement de cette histoire.

Assurément Gustavo Malajovich est un écrivain dont on reparlera, tant il use d’une écriture d’une grande maturité, inscrivant celle ci dans une forte dimension psychologique qui donne toute sa profondeur au roman.

La littérature argentine vient de s’enrichir d’une nouvelle plume, et non des moindres !

je-commande

14 Commentaires

  1. Comme pour toi, L’Amérique du Sud est encore une terre littéraire vierge pour moi.
    Je pense que 2014, comblera cette lacune, surtout à la lecture de ce genre d’avis qui met parfaitement en lumière un auteur qui a l’air de maîtriser son affaire !

    • La petite souris

      Bonsoir Yvan ! En fait j’ai lu déjà quelques auteurs argentins, mais très très peu par rapport à la masse des auteurs anglo saxons et français que j’ai pu lire jusqu’ici. Autant dire que j’ai quand même encore énormément à découvrir ! remarque tant mieux car je plaisir n’en est que plus grand. En attendant je te conseille vivement ce nouvel auteur ! Il est surprenant de maîtrise pour un premier roman ! Amitiés

  2. Bonsoir, l’arrivage par conteneur en provenance d’Argentine de ces derniers jours n’est pas pour me déplaire. Ca va juste bousculer mon agenda. Merci. A la prochaine. blʌd

    • La petite souris

      salut mon ami ! l’arrivage c’est de la bonne tu peux te vautrer dedans pour ton plus grand plaisir 😉

  3. Ton avis m’enchante, j’avais lu un billet sur ce roman mais j’attendais un avis de lecteur aguerri de polar pour me décider. Je vais donc l’acheter, même si je crains de ne pouvoir le lire très vite (beaucoup de lectures boulot à faire ces temps-ci). J’espère que ça me plaira davantage que E. Mallo, j’avais calé sur L’aiguille dans la botte de foin. Mais celui-ci m’a l’air très différent.

    • La petite souris

      kikou toi ! 😉 Difficile pour moi de comparer ce roman avec celui d’ E. MALLO car je ne l’ai pas encore lu. Toujours est il que ce premier roman est vraiment très prometteur , nous avons peut être là un futur grand. Un premier livre aussi bien maîtrisé avec un art consommé pour distiller non pas un suspens mais une atmosphère de plus en plus oppressante. Moi j’en redemande ! 🙂

  4. Voici un « pitch » véritablement efficace, encore un auteur à mettre sur ma liste !

    • La petite souris

      je pense que c’est une très bonne idée ! j’attendrai ton retour de lecture pour savoir si tu l’as apprécié autant que moi ! 🙂

  5. Bonsoir La petite souris, je l’ai repéré, pas encore lu mais je l’ai noté. Et puis, le fait que cela soit une histoire qui se passe en Argentine, cela m’intéresse. Bonne soirée.

    • La petite souris

      une histoire sombre, très sombre. Un roman prenant au fil des pages, personnellement j’ai beaucoup aimé 😉 qu’en sera t-il pour toi?

  6. Bonjour La petite souris, je viens de lire ce roman le week-end dernier, je l’ai absolument adoré. C’est bien construit, bien traduit. J’espère qu’Actes sud en publiera d’autres. Bonne fin d’après-midi.

    • La petite souris

      bonjour Dasola ! que c’est sympa à toi de revenir sur cette chronique pour me dire tout le plaisir que tu a eu à lire ce roman ! effectivement c’est un très beau roman et j’ai hâte de découvrir son prochain roman, histoire de voir si l’auteur confirme tout le bien que l’on pense de lui !!! j’attendrai ta chronique avec impatience ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *