LE MAÎTRE DE CEREMONIE

25 avril 2021

Roman de

Hervé MESTRON

Édité chez

In8

Date de sortie
23 février 2021
Genre
Nouvelles/Novella
Pays de l'auteur
France

C’est un curieux métier.

Il ne connait pas la crise (surtout en ce moment où la matière première ne manque pas) , et il offre des débouchés pour peu que vous soyez un peu dégourdi et de bonne volonté. Ce n’est pas un travail de fonctionnaire, mais il donne la même garantie de l’emploi… à vie.

Paradoxalement, il n’attire pas les foules. Pas sûr qu’il suscite des vocations.

Le truc que jamais un enfant il te dira : « croque-mort, c’est le métier que je veux faire plus tard ».

On imagine l’urgence des parents à prendre rendez-vous avec le psy, s’il prenait à leur mioche de lâcher ce type projet d’avenir dans une discussion.

Pourtant c’est bien dans la société de pompes funèbres de M. Santoni que Ziz a dégoté un boulot.

Ziz c’est pas le style premier de la classe, à aller soigner les stats des grandes écoles qui accueillent des gosses de banlieue pour faire genre.

Lui l’école, c’est celle de la rue. C’est là qu’il a fait ses armes. Chouffeur, braqueur de tire, il aurait pu faire un beau parcours, des études supérieures de la débrouille si la case zonzon ne s’était pas imposée à lui.

Cette fois, il aimerait bien marcher droit. Ca tombe bien, M. Santoni n’est pas très regardant sur le passé de ses employés, sans doute parce qu’ils ne risquent pas de faire fuir la clientèle ou de contrarier celle-ci !

Alors il compte bien saisir sa chance dans ce boulot.Il débute comme « porteur de sapin ».

La disparition de Tony l’embaumeur de la boîte qui semble s’être volatilisé sans laisser de trace, et le suicide de Kevin, un collègue, vont offrir l’opportunité d’assouvir la soif de reconnaissance d’Aziz en prenant du galon. Voilà notre homme propulsé en lieu et place de Kevin, sur le poste de maître de cérémonie. Sacrée promotion !

Le problème c’est que les beaux discours larmoyants ce n’est pas trop son truc à Aziz. Il faut bien se rendre à l’évidence, il n’est pas taillé pour tenir ce rôle.

Ça contrarie forcément le patron, qui aura d’autres reproches à lui faire, dont celui d’avoir couché dans un cercueil avec Nadège la comptable.

Monsieur Santoni, c’est un type du genre qui ne te demande pas ton casier avant de t’embaucher. Le mode à l’ancienne, confiance, serrage de pognes et regard franc. Mais le problème avec des mecs comme moi, c’est que tu ne peux pas totalement leur faire confiance. Il y a toujours un moment où le contrat se fissure.

FDu coup Pôle emploi lui ouvre les bras avec des yeux de chat, mais ladite administration sera vite éconduite.

Car le temps de s’inscrire à un stand de tir, de devenir au fil des mois un tireur hors pair, et voilà notre ami transformé en roi de la kalachnikov. Dès lors, pourquoi user uniquement de son talent sur des cibles en papier ?

Retrouvant au bout de quelque mois la complicité de Nadège, les voici tout deux lancés dans une petite entreprise fort rentable, complémentaire de celle de M. Santoni, qu’ils ne manqueront pas d’alimenter.

A eux trois ils vont former un curieux trio particulièrement lucratif !

Mais la suite risque fort d’être détonante !

En soixante-dix pages seulement, Hervé Mestron nous décoche une novella à l’humour noir décapant.

On flaire d’emblée que les choses vont partir en sucette ( et on l’espère !) mais on se régale de cette incroyable histoire qui laisse peu de place aux états d’âme et à la bonne morale.

 Grinçant, mordant, drôle, l’auteur se joue de ses personnages avec délectation dans cette fable funéraire truculente, dont il a le secret.

Un court moment de réjouissance, une respiration bienvenue, entre deux lectures plus conséquentes, qui fait du bien.

ACQUISITION: SERVICE PRESSE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.