JEUDI NOIR

23 novembre 2014

Roman de

Michaël Mention

Édité chez

Ombres noires

Date de sortie
5 novembre 2014
Genre
Policier
Pays de l'auteur
France
Coup de coeur

Le hasard fait parfois curieusement les choses. Alors qu’habituellement je ne lis jamais de romans se rapportant de près ou de loin au sport,  tout semble bien parti pour que les deux romans qui vont marquer mon année 2014 soient tout deux dédiés à l’univers du football.

Oh rassurez vous je n’ abandonne pas celui du polar, même si le roman dont je m’apprête à vous parler rentre bien, à sa manière, dans la catégorie du roman noir.

Je vous ai parlé  il y a quelques semaines du brillantissime « Rouge ou mort » de David Peace . Laisse-moi vous parler aujourd’hui du remarquable « Jeudi noir »,  de Michaël MENTION.

Que vous soyez passionné ou non de football, il y a dans notre mémoire collective, une date, une soirée qui raisonne encore dans nos têtes  et qui fait immédiatement sens : La demie finale de coupe du monde de 1982 en Espagne.fra

Ce jour là, jeudi 8 juillet  la France s’apprête à affronter l’Allemagne de l’Ouest pour une place en finale. Si notre pays a connu un épisode glorieux à la coupe du monde de 58, en ce soir de 1982 elle finit d’émerger d’un long sommeil, refermant une parenthèse de plusieurs décennies sans éclats.

Michaël Mention vous invite donc à mettre les crampons et  à enfiler le maillot. Il vous propulse alors trois décennies en arrière . Et vous vous retrouvez là, au milieu de la pelouse, dans ce stade Ramon Sanchez Pizjuan de Séville , dans la peau d’un joueur  fictif de l’équipe de France. Platini, Giresse, Genghini, Six, Rocheteau et les autres se tiennent à vos côtés, attendant le coup de sifflet qui annoncera le début de ce qui deviendra à son issue, un match de légende.

Manuel Amoros / Klaus FischerVous allez alors vivre au cœur, ce match de sueur et de sang, d’exaltation et d’injustice grâce à la plume magique de Michaël Mention qui vous retrace cette épopée .

Au terme des deux cent pages, c’est la claque ! le choc ! Le bonheur pour le lecteur d’avoir lu quelque chose de fort , tant émotionnellement , que du point de vue de l’écriture et de la construction.  Si tant est qu’il soit doublé d’un passionné de football celui ci aura pris un immense plaisir à replonger dans ses souvenirs  grâce à la charge nostalgique que porte le livre.

Mais si « Jeudi noir » est un hommage à ce match d’exception et aux hommes qui l’ont rendu mémorable, c’est aussi en filigrane une allégorie de cette France des années 80,  des tensions et des contradictions qui la traversent, mettant à nues ses forces et ses failles.france-rfa-1982-186886

Ce sont 22 joueurs de football qui rentrent sur le terrain ce soir là. Mais à mesure que le match gagne en intensité, que celui ci va prendre une tournure dramatique, l’affrontement dépasse progressivement cadre de la simple confrontation footballistique. Et c’est l’Histoire entre ces deux nations qui est soudainement convoquée par l’auteur.

Dès lors, les joueurs se transforment guerriers. On ne joue plus un match, on se livre bataille.

82Solidarité, abnégation, courage, sens du sacrifice, donne des éclats de chevaliers francs héroïques à ces fils d’immigrés venu d’Italie, de Pologne, du Maghreb, ou d’outre mer et qui mélangent leur sueur au bleu de leur maillot. La France est belle comme on l’aime , unie et riche de sa culture plurielle. Une France résistante comme en 14 dans les tranchées, comme en 39-45 dans les maquis.

Mais quand les contacts se font plus rudes, que l’adversaire se fait plus dur et plus retors. Quand les vagues  qui se succèdent accrochent les corps, que les coups pénètrent les chairs, que suinte l’agressivité, jusqu’à l’agression, jusqu’au crime, prémédité, contre Battiston  abattu par le meurtrier Schumacher, alors l’histoire bascule.

L’adversaire d’aujourd’hui redevient l’ennemi d’hier, l’allemand redevient le Boche, ce nazi.

On crie vengeance et on repart au combat, on donne l’assaut, encore et encore. Et on finit par déchirer les lignes, on défait l’ennemi et on lui enfonce notre révolte au fond de ses filets. La victoire est à nous. La France est sur le toit du monde. battElle peut alors redevenir universelle et fraternelle. Elle est exaltée et exaltante. Elle est belle de mille feux, de milles cultures.

Mais l’Allemagne est un adversaire tenace, qui ne renonce jamais. Elle aussi sait se battre . Et Ses buts ébranlent cette belle  fraternité, et brise ce rêve d’immortalité que nous touchions du doigt. Nous étions des dieux, nous revoilà redevenus des mortels.

Alors le reflux. Le doute. La suspicion de trahison. Au sein même de l’équipe de France. Le racisme affleure, surgit. Les prénoms sont dissous, le pote, le frère devient le rital, le polak , le noir ou l’arabe. On cherche un coupable à la l’échec, un bouc émissaire au désastre. Quand tout va mal l’Autre est forcément coupable.

plaPourtant au final quand il n’y a plus que la défaite à partager, inéluctable et définitive, qu’il ne restent que des hommes, conquérants vaincus, genou à terre, arme au pied, nus de toute espérance, brille alors le sentiment malgré tout d’avoir écrit quelque chose d’exceptionnel , d’avoir  franchi des limites et repoussé plus loin l’horizon. Alors le groupe se reforme et fusionne à nouveau pour offrir au pays, à l’issue de cette impitoyable  tragédie grecque, ce petit bout rêve arraché à l’adversité.

Un rêve qui nous portera jusqu’à un autre soir, de juillet 1998 cette fois. Un lundi bleu.

« Jeudi noir » est époustouflant. Moi qui ne connaissais pas encore Michaël Mention, j’en ressors soufflé par l’intelligence de son écriture et son sens de la dramaturgie .

Il faut lire « Jeudi noir ». Absolument. Quant à moi, je n’ai en 4 ans d’existence de ce site décerné que 3 coups de cœur. Je dois bien convenir que ce roman sera le quatrième !

je-commande

05

copyright Hippo

10 Commentaires

  1. Yvan

    sacré bouquin en effet, très étonnant.
    Ce Mention est un auteur à part, à suivre absolument ! Content de te voir succomber 😉

    Réponse
    • La petite souris

      je crois que j’ai fait plus que ca, j’ai fondu comme un chocolat au soleil ! 🙂 Il passe pas très loin de chez moi vendrezdi je vais essayer de me liberer pour aller le saluer, mais ca va m’etre compliqué.

      Réponse
  2. Pierre FAVEROLLE

    Mais comme je suis d’accord avec toi ! Quel match ! Quel livre ! Si Michael est pétri de talent, ses deux derniers romans montrent qu’il est parmi les meilleurs auteurs de polar français. Et ça me fait plaisir ! Et ton article, ma souris, nom de Dieu ! Amitiés
    Au fait, je me souviens de Paris la nuit comme premier coup de coeur. Rouge ou mort comme deuxième. C’était quoi, le troisième ?

    Réponse
    • La petite souris

      fichtre je me suis peut être trompé, il n’y en a eu que deux avant lui ! je vais verifier quand meme 🙂 oui, pour une decouverte je suis resté sur les fesses ! Et ce match c’est tellement de souvenirs d’ado pour moi ! Michaël a écrit un admirable bouquin et je t’avoue que j’ai hâte maintenant de lire ce qu’il a dejà écrit. Mais attention, il vient de mettre la barre très très haute !! j’espère qu’il va rester aussi haut encore longtemps 😉

      Réponse
  3. wollanup

    Bien belle chronique d’un bien beau livre.

    Réponse
    • La petite souris

      merci beaucoup c’est très gentil à toi ! 🙂

      Réponse
  4. Runbabook

    Wahouh ! Une chronique … inspirée !
    Je me rappelle cette coupe du Monde … Nostalgie … Rien que pour cela j’irai volontiers fureter du côté de  » Jeudi noir  » .
    Amitiés 🙂

    Réponse
    • La petite souris

      fonce tu ne le regretteras pas ! un sacré bon moment de lecture !

      Réponse
  5. Sandra

    Je me lance ce soir dans mon 1er livre de l’auteur avec « Sale temps pour le pays », vu ta chronique, si j’adhère au style, je lirai aussi « Jeudi noir » 🙂

    Réponse
    • La petite souris

      kikou Sandra ! je n’ai pas lu le livre que tu t’apprête à découvrir, mais pour ce que j’en sais JEUDI NOIR est très différent . Et surtout il m’a énormément plu. Je lirai les autres de l’auteur c’est certains ! dont « Sale temps pour le pays » 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.