POINT DUME

DAN FANTE

EDITION SEUIL

point dumeIl est souvent difficile d’être le fil de. Encore plus quand son père est un auteur culte américain, considéré comme un précurseur de la beat génération. Peu peuvent en effet se vanter d’être parvenu à sortir de ces ombres paternelles tentaculaires qui se déploient sur les rivages de la littérature pour parvenir à  la lumière et faire entendre leur propre partition. Dan Fante est pourtant de ceux-là.

Comme son père, celui-ci a longtemps puisé dans sa propre existence tumultueuse, les ressources et les ressorts de son travail d’écriture. Un auteur qui, tout en marchant sur les traces de son père, emprunte sesPDume propres chemins pour bâtir une œuvre aussi originale que riche, comme a pu l’être celle de son père.

 Poète, auteur de nouvelles et de pièces de théâtre, Dan Fante est aussi romancier. Il ne faut pas passer à côté de sa série de livres consacrée à son personnage fétiche Bruno Dante (« Rien dans les poches », « La Tête hors de l’eau », « En crachant du haut des buildings » , « Limousines blanches et blondes platine » ).

Avec « Point Dume », il nous revient cette année avec roman policier. Cette fois, point de Bruno Dante, mais un personnage qui en quelque pages ne manquera pas de vous séduire par son côté iconoclaste.

Après avoir connu quelques déboires à New York où il a d’abord été flic avant de devenir détective privé, JD Fiorella est de retour chez lui en Californie à Point Dume, Malibu, histoire de se refaire une santé.

199b04b4e668Car ce n’est pas seulement les bavures qu’il laisse derrière lui à New York qui le ramène chez lui, c’est aussi son addiction à l’alcool qu’il essaye de mettre à distance et qui le pousse à se mettre au vert tout en fréquentant les Alcooliques Anonymes, sur lesquels il porte un regard des plus caustiques.

C’est d’ailleurs grâce à un pote rencontré lors de l’une de ces réunions qu’il a pu dégoter un petit boulot de vendeurs de voitures d’occasion.

Mais peut on vraiment parler d’un nouveau départ pour un homme obligé de retourner vivre chez maman, astrologue octogénaire de son état et qui voit d’un très mauvais œil le retour de ce fils prodige qu’elle préfèrerait savoir loin d’elle, à bonne distance de ses économies ? Une maman aussi affectueuse qu’un porc-épic et qui considère la présence de son rejeton comme un motif de trouble à son bien être personnel !

Peut-on considérer que l’on a oublié ses vieilles habitudes quand on ne résiste pas à l’envie de donner une bonne leçon de savoir vivre, mêlant humiliation et dégradation matérielle, à une bimbo qui, au volant d’une voiture de sport, considère lesastro autres véhicules comme de simples piquets de slalom sur une piste de ski et qui a le malheur de vous faire une entourloupe?

Comme bien souvent, ce sont de nos petits travers que naissent les ennuis et les grandes catastrophes, et pour peu que le sort y va de sa pichenette assassine, vous avez tôt fait sortir de vos gonds !

Une vente de voiture qui aurait dû lui remplir les poches qui part en eau de boudin, celle de maman qu’il emprunte régulièrement, qui flambe dans la rue sous l’action conjointe et inopinée d’un bidon d’essence et d’une allumette, et pire que tout, son ami massacré dans son appartement. voilà qui a de quoi mettre JD Fiorella méchamment en pétard.

Et ce dernier est bien décidé à reprendre la main, et retrouver les salopards qui ont torturé et buté  son copain de boulot .

21Mais cette ivresse de colère va pousser JD Fiorella à mettre les doigts dans un engrenage qui va  l’emmener loin, très loin dans le déchainement de violence qu’il va provoquer.

Dans ce roman, pas de faux semblants. L’auteur assume parfaitement ses choix et épargne à son lecteur une candeur, une naïveté de bon ton, que l’on retrouve souvent dans des romans par trop manichéens, où la morale est toujours sauve à la fin.

 Ici les personnages s’abîment, rongés par leur soif de vengeance, ou leur folie meurtrière, et cela ne sera sans doute pas sans conséquences si certains d’entre eux viennent à perdurer dans l’œuvre à venir de l’auteur.

« Point Dume » est un roman  éruptif, qui explose à la figure de son lecteur comme une grenade qu’il aurait dégoupillée en tournant la page de couverture. Mais à la violence inouïe qui s’y déchaîne, y réponds en écho un ton et un humour que l’auteur distille par petites touches au fil des pages.

dan fante

Dan Fante

 Le personnage de la mère de  JD Fiorella, les dialogues qui naissent de leurs rencontres sont autant d’instants truculents qui permettent au lecteur de reprendre son souffle ,tant ils agrémentent une histoire qui le tient en  apnée de manière quasi permanente.

La peinture à l’acide que Dan Fante dresse de l’univers des Alcooliques Anonyme , leurs grandes messes et leurs sermons moralisateurs, celle tout aussi cynique des concessionnaires de voitures d’occasion, finissent elles, de donner à ce roman toute sa  volubilité , sa couleur et  sa saveur aigre-douce.

« Point Dume », c’est violent, tordu et déjanté, porté par un style trempé à l’adrénaline. Ca comblera les amateurs du genre et choquera sans doute les prudes et âmes sensibles, mais c’est assurément un roman réussi. Reste plus qu’à attendre qu’un Tarantino s’empare d’un tel scénario pour le porter à l’écran !

je-commande

13 Commentaires

  1. Très belle chronique comme dab.
    C’est très tentant!
    Je ne connais pas du tout cet auteur

    • La petite souris

      ah Dan Fante c’est un auteur vraiment à part, très original , un touche à tout, qui à su se faire un prénom en sortant de l’ombre d’un père qui est un monument littéraire !

  2. Je pense écrire mon avis dans la semaine. Je suis contente que tu aimes Dan fils de John, tarés et géniaux depuis plusieurs générations.

    • La petite souris

      je n’aime pas, j’adore !!! 🙂 et c’est grâce à toi qu’à l’époque ou je l’avais rencontré à Lyon tu avais éclairci ma lanterne, n’ayant à l’époque encore rien lu de lui, je n’avais pas compris pourquoi il avait rigolé quand je lui ai donné mon prénom pour sa dédicace , je portais le même que son personnage fétiche ! et c’est toi qui m’a parlé de son père et qui m’a donné aussi l’envie de le découvrir ! Alors ma Cathy, tout ca vaut bien un gros bisou pour toi ! 🙂

      • Le plaisir est fait pour être partagé Bruno 😉

        • La petite souris

          et tu sais fort bien le partagé ! sans toi je serai sans doute passé à côté de cette famille d’écrivains assez particulière ! 🙂

  3. Il me tente bien celui-là !

  4. Un des meilleurs romans de 2014, selon moi. Ce n’est que mon opinion, il y a aussi des gens qui n’aiment pas les romans « percutants ». Amitiés, mon Bruno.

    • La petite souris

      bonsoir Claude ! C’est assurément un très bon roman , et moi tu le sais, je suis un fan des romans percutants ! il avait donc tout pour me séduire !!! j’espère qu’il nous en écrira vite un autre ! 🙂

    • La petite souris

      zut je realise que j’ai oublié de répondre à ton post Claude ! toutess mes excuses !!! ( il me semblait l’avoir fait) assurément un bouquin à ne pas passer à côté !!!! 🙂

  5. Didier

    Oui moi aussi il m’a bien percuté. Une découverte. Quoi lire d’autre de lui ?

    • La petite souris

      bonjour Didier ! il est facile de te répondre, je te dirai tout est à lire chez Dan Fante !! mais je te conseille surtout ses trois bouquins autour de son personnage fétiche que je cite dans mon article ! mais c’est très different de ce roman, mais c’est passionnant. Amitiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *